La neuroatypie : qu’est-ce que c’est ? 

La neuroatypie, ou neurodivergence, correspond à une variation des fonctionnements cognitif, psychologique et social d’une personne et qui se situe en dehors des normes ou des attentes sociales habituelles. En d’autres termes, elle correspond à une manière atypique de fonctionner qui peut se traduire par un raisonnement singulier, des comportements surprenants, des intérêts spéciaux ou encore une sensibilité particulière. (sensibilité aux bruits, difficulté à maintenir son attention, organisation de l’environnement particulière) 

Bien que la neuroatypie soit un concept aux contours encore flous, elle fait écho à divers troubles dont tout le monde a déjà entendu parler, tel que le trouble du spectre autistique, le trouble du déficit de l’attention et les troubles dys- (comme la dyslexie ou la dyscalculie par exemple) pour n’en citer que trois.  

Il est donc important de rappeler que la neuroatypie n’est ni une maladie ni un trouble d’ordre psychiatrique. Il s’agit d’un ensemble de caractéristiques singulières qui peuvent susciter l’impression d’un décalage vis-à-vis des codes et usages, notamment professionnels.  

  

Être neuroatypique au travail 

Si les statistiques sont encore difficiles à établir avec certitude, on estime aujourd’hui entre 15 et 20% la part de la population occidentale qui serait neuroatypique. Il est donc nécessaire de prendre en considération cette part importante de la population et notamment dans le milieu professionnel. A titre d’exemple, il s’agit d’une réalité pour près de 2 personnes sur 10 dans votre open-space.  

Tout autant compétentes que les personnes dites “neurotypiques”, les personnes neuroatypiques ont toutefois quelques points de différences qui peuvent surprendre ; par exemple :  

  • Les codes sociaux (regarder dans les yeux, le “small talk”, serrer la main, etc.) 
  • La notion de distance sociale : Qui vouvoyer et quand ? À partir de quel moment peut-on se permettre de tutoyer ? Quand être dans le formel / informel 
  • L’humour, le second degré, le langage implicite :  

 

Il y a un enjeu dès à présent pour les entreprises de se saisir de la notion de neuratypie et d’en cerner les spécificités. Il s’agit de favoriser une intégration et fidélisation de ces profils qui peuvent se révéler de réels atouts au sein des organisations de travail (créativité, productivité, originalité).  

 

L’exercice de l’entretien de recrutement  

L’entretien de recrutement est une étape cruciale pour débuter une nouvelle aventure professionnelle : c’est l’occasion pour le candidat et le recruteur d’évaluer leurs capacités à travailler ensemble demain.  

 

  • Préparez votre entretien en amont et la présentation de votre parcours 
  • Appliquez-vous à trouver du sens à chacune des étapes de votre parcours, qu’elles soient réussies ou non, elles vous apportent quelque chose et vous font grandir professionnellement. 
  • Anticipez les questions relatives à vos atouts/axes d’amélioration et l’évocation de vos atypicités ainsi que les éventuels comportements compensatoires que vous mettez en place pour les combler.  
  • Exemple : pour combler une tendance à l’oubli ou à l’étourderie : je prends des notes, je relis/revérifie etc. / cela permettra de rassurer votre futur employeur sur votre capacité à appréhender les difficultés. 
  • Trouver le bon ton, ne soyez ni dans l’apitoiement ni dans la survalorisation – soyez authentique 
  • Capitalisez sur les retours positifs qui ont pu vous être fait par le passé “On dit de moi que je suis plutôt comme ceci ou plutôt comme cela” 
  • Posez des questions sur l’environnement/l’organisation de travail, l’organisation des équipes, les relations managériales etc – tentez de comprendre où et avec qui vous serez amené à travailler demain., cela vous permettra d’évaluer votre capacité à vous adapter à votre potentiel futur environnement de travail.  

 

Capitaliser sur ses différences lors de l’entretien 

  • Evoquer vos intérêts spécifiques en les valorisant au regard des aptitudes et des compétences qu’ils vous permettent d’acquérir ou d’accroitre  

 

  • Mettre en avant vos facilités ou vos aptitudes particulières – e.g. raisonnement, traitements algébriques, langues vivantes, rédaction, mémoire, etc. – tout en sachant faire preuve d’humilité  

 

  • Promouvoir ses activités extra-professionnelles (passées ou actuelles) qui vous permettent d’illustrer autrement qui vous êtes, ce qui fait votre atypicité, et qui font de vous un candidat qui se démarque.   

NOS DERNIERS ARTICLES

L’importance du choix professionnel

  • Article posté le 12/05/2024
  • Par Moreno Consulting
Voir plus

Je suis neuroatypique, comment défendre ma candidature en entretien

  • Article posté le 16/04/2024
  • Par Moreno Consulting
Voir plus

Le Bilan d’Orientation by Moreno

  • Article posté le 28/03/2024
  • Par Moreno Consulting
Voir plus

DÉCOUVREZ LES MÉTIERS DU FERROVIAIRE

  • Article posté le 05/03/2024
  • Par Moreno Consulting
Voir plus

L’engagement associatif et citoyen comme vecteur (efficace) pour se développer

  • Article posté le 11/01/2024
  • Par Moreno Consulting
Voir plus

LE BILAN DE COMPETENCE MORENO CONSULTING

  • Article posté le 17/10/2023
  • Par Moreno Consulting
Voir plus

Comportement = Contexte x Personnalité

  • Article posté le 22/09/2023
  • Par Moreno Consulting

Par Yoann CARDOT.   Dans quelle mesure est-il possible de prédire, ou du moins anticiper, le comportement d’un individu dans un contexte particulier – et plus spécifiquement, un contexte professionnel […]

Voir plus

La discrimination dans le monde du travail

  • Article posté le 26/07/2023
  • Par Moreno Consulting

Par Sandra FOSSÉ, ancienne collaboratrice chez Moreno Consulting. « Le cadre juridique du droit des discriminations vise la mise en œuvre du principe déclaratif de l’égalité de droits pour tous […]

Voir plus

Quand le travail n’est plus source de satisfaction, de motivation ou de réalisation de soi…. (Ou Quand le travail devient une souffrance)

  • Article posté le 15/06/2023
  • Par Moreno Consulting

« On peut tomber malade du travail », comme on l’entend souvent et comme on l’observe parfois.   Des milliers de travailleurs souffrent de leur situation de travail. L’Académie Nationale de Médecine […]

Voir plus